Qu’est-ce que le biais d’ancrage en Bourse et comment l’éviter ?

ancrage bourse

Si les investisseurs sont réputés être des individus rationnels capables d’effectuer des analyses objectives, ce n’est pas toujours le cas. En effet, le comportement des traders sur les marchés boursiers peut être affecté par différents biais, qui les empêchent d’agir rationnellement. Leurs émotions, leurs expériences passées, leur confiance en soi ainsi que d’autres éléments sont susceptibles d’influencer les décisions des investisseurs. Parmi eux, le biais d’ancrage en bourse peut conduire à de graves erreurs.

Le biais comportemental en bourse : qu’est-ce que c’est ?

Un  biais comportemental est une forme de raisonnement qui s’écarte de la logique et de la rationalité. Le raisonnement est alors influencé par des éléments tels que l’émotion, une perception basée sur des informations incomplètes ou même le déni de la réalité. Les biais cognitifs opèrent à l’insu des individus, qui ne sont pas conscients de l’irrationalité de leurs décisions. Dans les biais émotionnels, en revanche, la personne est persuadée d’avoir raison dans son comportement.

Quelques exemples de biais comportementaux

Il existe différents biais qui peuvent orienter les investisseurs vers de mauvais choix. Voici quelques exemples parmi les plus courants.

L’instinct grégaire

Certains titres ou actions cotés sur un marché peuvent être l’objet d’une véritable ruée : dans cette hypothèse, le trader lambda pourrait souhaiter les acheter parce que tout le monde les achète. Ce comportement moutonnier peut conduire à des catastrophes économiques, lorsque tout le monde est persuadé de faire une bonne affaire. Toutefois, si vous décidez de suivre la masse en toute conscience et avec la capacité de vous retirer à temps, vous obtiendrez de bons résultats sur votre portefeuille. Il faut toujours trader avec la tendance, mais maîtriser le moment de l’achat.

L’excès de confiance

Lorsque le trader a une trop bonne opinion de lui-même en tant qu’investisseur, cela peut s’avérer dangereux. La confiance pousse généralement à multiplier les échanges boursiers et les prises de risque, à effectuer des achats et ventes plus rapidement et à tomber dans le court terme et la spéculation. Les effets de la fluctuation du marché boursier et de la volatilité sont plus importants.

L’aversion pour la perte ou le regret

Le trader est généralement plus affecté par ses pertes que par ses gains. Lorsqu’il perd 100 €, le trader s’en souviendra longtemps, ce qui n’est pas le cas pour un gain de 100 €. Ce biais peut se renforcer à la suite d’une perte ou d’un gain important sur le marché de la bourse. L’aversion pour le regret conduit l’investisseur à vouloir « se refaire », comme dans un jeu de casino.

Le biais de confirmation

L’investisseur a tendance à vouloir conforter ses propres croyances, et s’intéresse uniquement aux informations qui confirment ses idées. Si un investisseur présume que le cours des actions va monter, il va uniquement lire les analyses et actualités susceptibles d’étayer cette hypothèse. Le biais de l’autruche, bien plus grave, consiste tout bonnement à nier la réalité et à rejeter en bloc les éléments déplaisants.

Le biais d’ancrage, un biais cognitif qui influence de nombreux investisseurs

Le biais d’ancrage en bourse consiste à s’attacher à une référence qui n’est plus d’actualité. La situation est exactement la même que dans les autres domaines tels l’immobilier. Imaginons que M. Dupont achète une maison pour 500 000 euros et décide de la revendre quelques années plus tard. Si l’acheteur lui propose le prix de 400 000 euros, M. Dupont refusera car il pensera que la valeur de son bien aura forcément augmenté, et que le prix d’achat initial devrait représenter un minimum.

 

Or, le marché peut avoir évolué. En bourse plus qu’ailleurs, il reste dominé par la règle de l’offre et de la demande. L’investisseur ayant acheté des valeurs mobilières à un prix déterminé pourra refuser de les revendre pour moins cher. Le prix d’achat reste une référence bien ancrée qui empêche le trader de relativiser par rapport aux cours des bourses. Il s’agit d’un comportement à éviter, car il peut être plus intéressant de vendre à perte afin d’obtenir des valeurs liquides pour investir dans des produits de bourse qui offrent de meilleurs rendements.

Comment éviter les biais comportementaux sur les marchés financiers ?

Il est évident que les biais comportementaux, et plus particulièrement le biais d’ancrage, sont à éviter en bourse. Pour corriger cette tendance, il faut mettre en place des règles de décision et bien s’y tenir. En premier lieu, il faut toujours faire des recherches afin de prendre des décisions en toute connaissance de cause. L’analyse fondamentale et l’analyse technique servent de points de repère. Il existe souvent une corrélation entre l’économie mondiale, les activités boursières et le cours effectif des actions ou obligations. Il est important d’obtenir des analyses sur une longue durée, d’examiner les informations contradictoires et surtout de disposer d’une documentation à jour.

 

Il faut également savoir résister aux tendances des marchés financiers. Pensez toujours à vérifier la réputation des sociétés cotées et l’évolution des instruments financiers dans le temps avant d’investir. Enfin, des conseillers peuvent toujours vous aider : les robo-advisors aussi bien que les conseillers financiers. Ces partenaires sont mieux équipés que les traders particuliers pour effectuer une analyse objective. Bien entendu, pour les investissements sur les ETF et la gestion passive, vous pouvez automatiser vos entrées et sorties en bourse afin d’éviter les mauvaises influences du marché.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *