Comment ouvrir et comment créer un fonds d’investissement ? Mon expérience

1
4892
créer ou ouvrir un fonds commun de placement

Bâtir son propre portefeuille d’investissement n’est pas toujours une chose aisée. Cela implique plusieurs détails qu’il faut prendre en compte. En effet, il s’agit de créer une société financière qui aura pour but d’investir du capital dans des projets d’entreprises (SARL, EURL, SAS, SA…). Vous souhaitez créer un fonds d’investissement mais vous ne savez pas comment vous y prendre ?

Dans cet article, je vous explique toute la procédure en me basant sur mon expérience.

Fonds d’investissement, qu’est-ce que c’est ?

Encore appeler fonds commun de placement, le fonds d’investissement est une société financière, privée ou publique. Elle a pour but d’investir du capital dans des projets d’entreprises comme des actions, des obligations, des bons du Trésor, etc. Le fonds d’investissement regroupe plusieurs investisseurs qui s’associent pour mettre en commun leurs patrimoines individuels. Ces derniers sont ensuite investis dans les sociétés sélectionnées. La gestion de ces fonds est assurée par un gestionnaire de fonds.

Les fonds communs de placement sont souvent recommandés aux petits investisseurs. En effet, ils leur permettent de bénéficier des avantages générés par la mise en commun des patrimoines des investisseurs. Aussi, ils donnent accès à une gamme variée d’investissements qui au départ étaient hors de leur portée. Il existe 4 différentes catégories de fonds d’investissement à savoir :

  • le capital-risque,
  • le capital-développement,
  • le Leverage Buy-Out (LBO),
  • le capital retournement.

Qui peut ouvrir un fonds d’investissement ?

Un fonds commun de placement peut être créé par plusieurs organismes de financement. Il peut s’agir des banques et des institutions financières mais aussi par des personnes physiques. Généralement, la plupart des investisseurs sont spécialisés dans des secteurs différents. Autrement dit, ouvrir un fonds d’investissement est accessible à tous les investisseurs, peu importe leurs tailles :

  • Les particuliers ;
  • Les investisseurs professionnels ;
  • Les partenaires de l’entreprise.

Toutefois, je dois souligner un aspect indispensable pour créer un fonds d’investissement. Il faut nécessairement obtenir un agrément AMF auprès de l’Autorité des Marchés Financiers et réaliser quelques démarches.

Pourquoi créer un fonds d’investissement ?

Si la plupart des investisseurs souhaitent créer un fonds d’investissement, c’est sans doute à cause des nombreux avantages qu’il offre. La majorité de ces avantages tournent autour de la possibilité de mettre non seulement en place une gestion professionnelle, mais aussi de faire des placements diversifiés.

Plus concrètement, ouvrir un fonds d’investissement permet d’investir dans différents secteurs économiques. Cela permet également de faire des investissements qui portent sur différents titres et d’atteindre les marchés étrangers ou jugés difficiles même avec de petits investissements.

En outre, créer un fonds d’investissement permet de transférer vos placements dans d’autres fonds de la même famille avec la même structure de frais. Le fonds d’investissement permet aussi d’exécuter des retraits systématiques, de vendre et d’acheter des fonds afin d’obtenir des liquidités. Vous gagnez également en capital par la vente des parts du fonds.

Néanmoins, ouvrir un fonds d’investissement pour ses investissements présente quelques inconvénients. Le plus marquant est lié aux frais de gestion car ils peuvent atteindre les 2,50 %. Mais ces frais dépendent également de plusieurs facteurs comme le type de fonds ou encore le style de gestion

Comment créer un fonds de placement commun ?

Créer un fonds d’investissement dépend de la forme d’entreprise à constituer. En effet, s’il est nécessaire d’obtenir un agrément AMF, il est aussi indispensable de faire des démarches pour la déclaration des objets du fonds d’investissement. De même, parmi les formalités juridiques, il faudra définir le statut juridique du fonds d’investissement et déclarer son objet.

Ici, je vous suggère d’aller pas à pas. Si vous brûler une étape ou si vous la bâclez, vous ne pourrez pas ouvrir un fonds d’investissement.   

En ce qui concerne la demande d’agrément AMF, le processus se déroule en deux étapes. Tout d’abord, il y a la présentation du projet de création à l’AMF. Ensuite, il faudra passer au dépôt de la demande d’agrément proprement dit. Quant au dossier d’agrément, il doit être constitué de :

  • La fiche de présentation de la demande ;
  • La déclaration qui sera transmise aux apporteurs de capitaux ;
  • La liste des pièces à joindre ;
  • La demande d’agrément ;
  • Les documents des dirigeants de la société ;
  • Les documents concernant le fonds d’investissement (caractéristiques de la société, activités, organisation, modalités de commercialisation, éléments financiers…) ;
  • Les demandes de libres prestations de service ;
  • Les demandes de libre établissement ;
  • Le positionnement international ;
  • Les fiches complémentaires selon les catégories d’actifs.

Il arrive que l’institution demande des informations complémentaires concernant le dépositaire. Elles peuvent être liées à l’évaluation, l’effet de levier, la rémunération et autres détails pour créer un fonds d’investissement.

L’AMF procédera à la vérification du dossier après le dépôt de demande d’agrément. Elle fera parvenir à la société un récépissé si le dossier fourni est complet et jugé recevable, . S’en suivront ensuite l’instruction de la demande par l’institution et la demande d’informations complémentaires. Enfin, la décision du Collège de l’AMF sera notifée à la société concernant la demande d’agrément pour créer un fonds d’investissement.

Je viens de partager avec vous la procédure pour ouvrir un fonds d’investissement. En respectant chaque étape décrite plus haut, j’ai pu atteindre mon objectif. Alors, je vous suggère de ne pas brûler les étapes et vous réussirez à avoir votre propre fonds d’investissement.

Comment changer d’assurance emprunteur

Il est important de toujours avoir une assurance lorsqu’on réalise un emprunt. Cela permet d’être assuré en cas de décès, d’invalidité, ou encore de perte d’emploi. Si l’un de ces malheureux évènements arrive, l’assurance peut rembourser le prêt, soit en totalité, soit en partie. Vous avez des doutes sur votre assurance, ou vous cherchez juste LA bonne assurance ? Nous allons voir comment changer d’assurance emprunteur avec lesfurets.com, quelle raison pousse à changer d’assurance, mais également quand faut-il entamer ce changement. 

Pourquoi faut-il changer d’assurance de prêt immobilier ?

Plusieurs raisons peuvent vous pousser à changer d’assurance emprunteur. Mais en général, deux raisons principales peuvent vous inciter à faire ce changement d’assurance : 

  • Le prix : En général, les assurances de prêt immobilier directement dans les banques sont plus chères que des assurances individuelles. En effet, elles sont généralement calculées sur le montant total du prêt, là où la somme calculée par les assurances individuelles est le reste dû. De ce fait, l’assurance vous coûtera moins cher si vous avez déjà commencé à payer votre prêt. Le coût de l’assurance peut vite représenter une bonne partie du prix, et il est donc important de bien équilibrer le prix et de réfléchir à une assurance qui s’adaptera au mieux à votre budget.
  • Les garanties : l’assurance de prêt immobilier dans les banques est généralement très générique, car elle s’adresse à une grande partie de la population. En revanche, une assurance individuelle permet une protection bien plus adaptée et sur mesure, en fonction de votre profil, qu’il soit personnel, professionnel, ou encore économique. Si vous souhaitez bénéficier de cette assurance plus adaptée à votre profil, le mieux reste de changer d’assurance et de se tourner vers une assurance individuelle. 

Quand changer d’assurance emprunteur ?

Avant de changer d’assurance emprunteur, il est important de se rappeler qu’il faut être sûr que la nouvelle assurance possède au moins un niveau de garantie équivalent à votre assurance actuelle. Il existe également 3 lois qui permettent de changer d’assurance, mais avec des conditions particulières. Ces lois s’appellent :

  • La loi Lagarde
  • La loi Hamon
  • La loi Sapin 2

Pour résumer ce que permettent ces lois, voici ce qu’il faut retenir : 

  • Changer d’assurance avant 1 an : la loi Hamon permet de résilier sans frais avec un préavis de 15 jours à respecter
  • Changer d’assurance après 1 an : la loi Sapin 2 vous permet de changer d’assurance 1 fois par an avec un préavis de 2 mois

1 COMMENT

  1. Merci pour votre article très intéressant et complet sur les fonds d’investissement.
    Je ne pensais pas qu’il y avait autant d’étapes et de démarches à faire pour en créer un.

    Excellente journée !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here