Les trackers en Bourse, comment les utiliser au mieux ?

tracker ETF Bourse

Les trackers en bourse sont des instruments financiers très intéressants, car ils sont à la fois lucratifs et simples à gérer. Pour les investisseurs débutants, les ETF classiques offrent déjà un bon moyen de faire des plus-values appréciables. Pour les traders avertis, il existe des moyens de gestion plus actifs pour booster la rentabilité des trackers.

 

Définition et fonctionnement des trackers

Les trackers ou ETF (Exchange Traded Fund) sont des fonds indiciels destinés à répliquer la performance d’un indice de référence ou sous-jacent. Il existe de nombreux types de trackers selon le type de sous-jacents. Ils peuvent reproduire les grands indices boursiers comme le CAC40 ou le Nasdaq, les indices sectoriels (pétrole et gaz, biotech, matières premières, etc.), les marchés obligataires ou bien des indices créés pour l’occasion. Ces derniers, appelés « smart bêta » et réputés pour être des indices intelligents, sont constitués de sous-jacents réunis expressément pour atteindre une meilleure performance et battre l’indice de référence. Cela est possible en intégrant uniquement des actions qui présentent une faible volatilité, par exemple. Le tracker fonctionne donc comme un « panier d’actions » qui offrent un résultat global. Cela permet notamment de se protéger dans l’hypothèse où l’une des entreprises rencontre des difficultés. Si par exemple vous investissez dans le secteur de l’énergie, et qu’ENGIE subit une baisse des cours, vous pouvez grâce à l’ETF correspondant mieux vous en tirer que les investisseurs ayant uniquement misé sur des actions ENGIE.

Les trackers sont fournis par un émetteur, qui se rémunère sur la différence entre le prix d’achat et le prix de vente. Il existe en France et en Europe de nombreux émetteurs, qui développent sans cesse leur offre : Amundi ETF (du groupe Crédit Agricole), Lyxor (Société Générale), iShares (Blackrock), Theam (BNP Paribas), etc. Les ETF sont ensuite proposés par les courtiers au même titre que les autres produits financiers comme les actions, fonds de placement et produits dérivés. De nombreux trackers sont éligibles aux PEA et aux contrats d’assurance vie, mais les comptes titres restent le meilleur support si vous optez pour la diversification.

Contrairement à certaines valeurs mobilières comme les OPCVM, les ETF sont négociables en permanence durant une séance boursière. Vous pouvez acheter un tracker pour le revendre un instant plus tard.

 

Avantages des trackers

Le recours aux ETF est généralement synonyme de gestion passive. Cela signifie que vous n’avez pas à choisir les actions puis à les négocier une par une. Vous achetez immédiatement plusieurs dizaines, voire des milliers d’actions en même temps par le biais des trackers. Outre la simplicité d’utilisation de ces produits boursiers, les avantages sont nombreux : 

  • Vous êtes presque sûr de toujours gagner : si une entreprise peut faire faillite, la chute simultanée de nombreuses entreprises (et donc de toute l’économie d’un secteur !) est plus rare ;
  • Un seul achat vous permet de diversifier votre portefeuille, puisque les ETF correspondent à des fonds globaux couvrant plusieurs entreprises à la fois ;
  • Les frais de courtage sont réduits grâce à la gestion passive, et les frais de gestion se limitent en moyenne à 0,33 % contre près de 2 % pour les fonds gérés activement (ex : OPCVM).
  • Vous disposez d’une bonne liquidité, puisque les trackers bénéficient d’une cotation en continu.

Sachant qu’il existe des ETF sur presque tous les secteurs et tous types de fonds, vous pouvez diversifier votre portefeuille à l’infini avec seulement quelques produits bien choisis. Enfin, rappelons qu’il est possible d’investir dans les ETF à travers plusieurs enveloppes fiscales.

 

Bien choisir ses trackers : les critères à prendre en compte

Si vous débutez avec les trackers en bourse, il faut commencer par bien les choisir. Voici les principaux éléments à examiner avant l’achat :

  • L’indice de référence : optez pour un marché qui semble sûr, vous pouvez pour cela avoir recours à l’analyse fondamentale ;
  • Le fournisseur d’ETF et les commissions appliquées ;
  • Le « tracking difference », c’est-à-dire l’écart entre les performances du tracker et du sous-jacent : il doit être minime ;
  • La méthodologie de réplication (physique ou synthétique) ;
  • Le traitement des dividendes, notamment si vous investissez sur le moyen terme ;
  • La fourchette de négociation : elle peut être assez réduite afin de limiter les commissions des émetteurs et faciliter la vente du produit.

Après avoir compris le fonctionnement et les avantages des ETF, vous pouvez vous lancer facilement dans cet investissement. Il suffit de bien sélectionner vos titres. Toutefois, pour optimiser le rendement de vos trackers en bourse, il existe d’autres astuces simples à appliquer.

 

Investir à partir d’une enveloppe fiscale avantageuse

Si vous souhaitez investir dans les trackers dans le but de faire fructifier une épargne, vous aurez tout intérêt à opter pour un PEA ou une assurance-vie, qui présentent une fiscalité avantageuse.

Avec le Plan d’épargne en actions (PEA), vous bénéficiez d’une exonération d’impôt sur le revenu au bout de 5 ans. Seuls les prélèvements sociaux sont dus à hauteur de 17,2 %. Pour ne pas casser la fiscalité du PEA, il faut attendre 5 ans pour commencer à retirer de l’argent. Une fois ce délai écoulé, vous pouvez effectuer des retraits et des versements sans problème.

Si vous optez pour l’assurance vie, l’exonération sur la plus-value est appliquée sous forme d’abattement. Au bout de 8 ans, vous avez le droit d’effectuer des retraits gratuits jusqu’à 4  600 euros par an, ou le double pour un couple. Le surplus est taxé à 7,5 %. Tout comme pour le PEA, il faut s’acquitter des cotisations sociales de 17,2 %.

Notons que ces supports d’investissement ne sont pas figés. En cas de besoin, vous pouvez retirer de l’argent avant le délai prescrit, mais vous perdez alors les avantages fiscaux qui y sont liés. Ainsi, les enveloppes fiscales s’adressent plutôt aux épargnants.

Opter pour la diversification

Afin de tirer le meilleur profit de vos trackers en bourse, il faut penser à diversifier votre portefeuille en maîtrisant les actions qui composent vos ETF. Vous pouvez varier vos trackers selon :

  • La zone géographique : Europe, Amérique du Nord, Asie, ou même de presque tous les marchés mondiaux avec l’indice MSCI World par exemple ;
  • Les marchés boursiers : Euronext Paris compte plus de 750 ETF ;
  • Le secteur : les ETF permettent d’accéder à des secteurs innovants comme la biotechnologie ;
  • Le type de fonds sous-jacent : actions, obligations ou indices boursiers.

Il existe des études régulières qui dévoilent les trackers les plus performants sur les marchés, incluant les actions large cap, actions midcap et les grandes capitalisations.

Combiner gestion passive et active

Même si par nature, l’ETF se destine à l’investisseur passif, il existe certains moyens de gérer activement ce type de titres.

L’effet de levier

Vous pouvez utiliser des trackers leverage ou à effet de levier afin de multiplier vos gains. Par exemple, pour un effet de levier de 2, vous pouvez doubler vos gains. Attention, toutefois : ce type d’opération est bien plus risquée que le trading avec des ETF classiques, puisque vos pertes seront également multipliées en cas de baisse.

Les ETF Bear

Ces trackers en bourse servent à miser sur la baisse de l’indice de référence. Si vous anticipez une baisse du CAC40, par exemple, tout en possédant un ETF qui suit cet indice boursier, vous pouvez acheter un ETF Bear. Pour une baisse de 1 %, vous gagnez 1 % sur la valeur de votre ETF Bear.

Notons que les ETF classiques peuvent être investis sur 3 à 5 ans en moyenne. En revanche, les ETF Bear doivent être utilisés dans une stratégie à court terme pour vous protéger de la volatilité du marché.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *